La ZES (La Zone Economique Spéciale)

Tout porte à croire que Madagascar peut être une grande nation dont l’ensemble est capable de bâtir une économie forte et prospère au regard de ses potentialités humaines et naturelles, de son positionnement stratégique dans le monde (dans l’océan Indien) ou encore de sa superficie géographique. Pour arriver au résultat d’une « nation moderne et prospère » et s’asseoir à « un développement inclusif et durable fondé sur une croissance inclusive » comme le précise la Politique Générale de l’Etat (PGE), il faut de prime abord commencer à développer les régions. Et la refonte du Nord du pays a justement le potentiel nécessaire pour être la locomotive du développement économique de Madagascar.
La Loi n°2017-023 relative aux Zones Economiques Spéciales, récemment adopté par les deux chambres parlementaires Malgache, dans son article 2 dispose : « Zone économique spéciale ou ZES : zone géographique ou zone spécifique de développement délimitée physiquement bénéficiant du régime juridique établi par la présente loi, destinée à être un pôle d’investissement en offrant un environnement compétitif aux affaires et à l’investissement ».
Une ZES est donc une région géographique dans laquelle les lois économiques sont plus libérales, c’est-à-dire plus avantageuses pour les entreprises que celles pratiquées dans le reste du pays. L’espace de la ZES est bénéficiaire d'un régime particulier qui la rend plus attractive pour les investisseurs. Cette zone propose aux entreprises étrangères des conditions préférentielles suivies de facilitation et de la sécurisation des investissements dans un cadre juridico administratif et fiscal particulier.
En effet, la création d'une zone économique spéciale dans le Nord de Madagascar est susceptible d'accélérer la croissance économique bénéfique pour tout le reste du pays. Cette zone sera une espace d'accueil d'activités économiques qui a pour vocation d'offrir un ensemble d'infrastructures et de services qui assurent aux entreprises les meilleures conditions d'exercice de leurs activités. Cette ZES répond à des fins précises : attirer les investissements industriels, assurer le transfert des technologies appropriées dans le cadre d'accords avec les entreprises étrangères, renforcer la capacité d'exportation pour se procurer des devises, atténuer le problème de l'emploi aux alentours de ces zones.
En somme, les objectifs attendus de l’établissement des ZES sont :
• Développement des industries de transformation et haute technologie;
• Développement et fabrication de nouveaux types de produits, développement des substitutions des importations;
• Développement des infrastructures de transport et logistiques;
• Développement du secteur du tourisme, de la construction, de la reconstruction et de l’exploitation de l’industrie du tourisme.
• Transition de l’économie des matières premières et leur exportation à la production haute technologie, inhérent à l’économie d’innovations;
• Développement du secteur primaire
Pour la ZES de Diego, les projets sont classés en quatre catégories: zone aéroportuaire, zone immobilière et zone de l’énergique renouvelable.